« Ca va ?» ou « How are you ? »… entre sémantique et sentiments


Voilà deux formules que j’ai du mal à comprendre car leur sens simple ne fait plus aujourd’hui qu’encourager le formalisme et l’éloignement…

Cela fait bien longtemps que j’essaye de m’expliquer et d’assimiler cette formule entendue à tout bout de champ en France… entre amis, entre collègues, entre voisins, entre inconnus… « ça va ? ».

Je me suis longtemps demandé s’il s’agissait d’un remplaçant du salut « bonjour » car il est souvent dit avec le même ton, même si l’intonation est celle d’une question… une question qui n’attend pas, le plus souvent, de réponse. Ou en tout cas pas LA réponse à la question. S’agit-il donc d’un salut ? D’une formule de politesse ? D’une coutume verbale ?

Je pense ou j’ose croire qu’au début cette formule était utilisée par les gens car ils avaient envie de savoir comment allait celui à qui ils posaient la question… Aujourd’hui ce n’est plus que l’exception malheureusement… Ce n’est pas du défaitisme, ni du pessimisme, juste un constat que j’essaie d’expliquer…

Pourquoi les gens posent cette question ? Il y en a certains qui sont vraiment intéressés par la réponse, mais comment faire la différence entre une personne qui est vraiment intéressée par comment tu vas et une qui pose la question juste par réflexe et qui constitue quand même la majorité écrasante des « utilisateurs » ?!?

Vous allez vous demander peut-être – mais qu’est-ce que cela peut faire si la question est posée de manière automatique ou par vrai intérêt ? En fait cela change tout… cela change la réponse donnée, mais aussi attendue par la personne qui pose la question.

S’il s’agissait d’un simple salut comme « bonjour », alors la question ne se poserait même pas. Le Larousse semble la considérer en effet comme une formule de salutation, de prise de contact… mais alors pourquoi une question ?

En fait les gens ne réalisent pas que par la simple utilisation de cette formule, devenue salut, mais demeurant question, l’effet produit sur nos subconscients est assez significatif… Le subconscient, lui, sait très bien que c’est une question, telle qu’elle a été formulée à ses débuts… tout comme il sait que le plus souvent (je dis le plus souvent car j’ai la naïveté de croire qu’il y encore des gens comme moi, qui s’abstiennent le plus possible d’utiliser cette forme de salut si la réponse ne les intéresse pas vraiment) la réponse ne compte même pas aux oreilles de celui qui l’a posée et encore moins dans son cœur ou ses pensées… Ce qui est encore plus curieux c’est que le subconscient tellement habitué à être menti à ce sujet va donner implacablement la même réponse « ça va » même si ça ne va pas du tout…

C’est vraiment rare quand les gens vont répondre sincèrement à cette question et tout aussi rare que leur réponse va être entendue… A la limite, cela pourrait même être choquant de répondre par autre chose que le même « ça va »… J’ai essayé et j’ai vu les effets… l’étonnement, au moins, sur les visages.

Je pense, ou j’ose croire, que si les gens réalisaient vraiment les effets que cette simple question qui n’en est pas une a sur le subconscient des gens (le leur, mais également des autres) ne l’utiliseraient plus si facilement et penseraient deux fois avant de la prononcer…

Je suis presque sûre qu’on me prendrait pour une folle ou une cynique si je disais que l’utilisation de cette formule « ça va » peut être une des raisons de la superficialisation des relations entre les personnes… Evidemment, il n’y a pas qu’en France que les gens sont majoritairement superficiels dans leurs relations interhumaines… et pas seulement dans les pays où des formules similaires existent… Si bien que dans les pays anglophones une réponse autre que « I’m fine thank you » étonnerait moins… c’est mon impression et non pas une certitude car je n’ai pas vécu dans un pays anglophone et j’y ai passé seulement peut-être quelques mois réunis durant mes voyages.

Au Brésil, où j’ai eu l’occasion de vivre quelques mois, il y a l’équivalent “Como vai?” et la réponse classique « Tudo bem »… je pense que le problème de la France s’y retrouve également… Les gens répondent par convenance sociale… et cela ne facilite pas la profondeur dans les relations, le souci de l’autre et encore moins l’empathie spontanée. Tout cela se trouve, mais c’est plutôt l’exception qui confirme la règle…

Mais revenons sur les effets sur notre subconscient du fait que quelqu’un nous pose une question sans être véritablement intéressé par la réponse, mais simplement par convenance sociale. J’aimerais souligner le fait que ce n’est pas une question simple comme « quel temps il fait dehors ? » qui n’affecte que trop peu les sentiments des gens… Le temps peut avoir une influence sur le moral, certes, mais pas la réponse d’une personne concernant les conditions météorologiques…

Alors que la question « ça va ? » est intimement liée à la personne, à son état intérieur, à son état d’esprit… Quand on répond automatiquement à cette question on ne se demande évidemment pas si cela peut avoir un quelconque effet sur notre subconscient… Cependant ne vous trompez pas vous-même car cela a des effets… On répond automatiquement car on sait que la plupart des gens ne sont pas intéressés par nos états d’âme. Et ceux qui posent la question ne veulent pas s’embarrasser d’une réponse trop compliquée car cela « dérangerait » leur zone de confort… Les gens sont trop occupés avec leurs problèmes pour avoir encore de la disponibilité d’écoute aux problèmes des autres… Ceux qui ont cette disponibilité vont dans les associations spécialisées ou alors posent plus de questions aux gens qui les entourent. Mais il y en a de moins en moins…

D’ailleurs le simple fait d’attendre une réponse plus complète à cette question « ça va? » peut être interprétée comme une « violation » de son espace personnel… C’est quand même bizarre, non ?

Je pourrais écrire des pages sur le sujet, mais je pense que pour l’instant j’ai du mal à expliquer pourquoi cette question me dérange tant de la part des gens qui ne sont pas du tout intéressés par la réponse… C’est peut-être parce que la superficialité m’a affectée depuis toujours… mais pas la simple superficialité, car de cela tout le monde fait usage, moi incluse, pour survivre dans une société bourrée de conventions et coutumes, mais la superficialité qui se prétend ne pas en être une… L’hypocrisie gratuite et même pas méchante…

Je vous prie de m’excuser si j’ai assombri votre sourire ou si je vous ai révolté(e) avec ma vision des choses… peut-être qu’un jour j’arriverai à ressentir cette forme de salut telle qu’elle est et sans nuances… Ce jour-là j’écrirai un nouvel article 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s