« Le bonheur d’être soi »


« Le bonheur d’être soi » http://www.amazon.fr/bonheur-d%C3%AAtre-soi-Moussa-Nabati/dp/2253084824/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1404560009&sr=1-1&keywords=le+bonheur+d+etre+soi  est le titre d’un livre écrit par Moussa Nabati que je vous recommande vivement de lire. Pour mieux comprendre les raisons qui me poussent à vous recommander ce livre, je vais vous raconter les circonstances dans lesquelles je l’ai découvert.

J’étais dans un aéroport, entre deux vols, avec peu de temps à disposition pour faire quoi que ce soit… à peine 2 ou 3 heures. D’habitude, dans ce genre de circonstances, étant trop prudente de nature, je préfère me rendre à la porte d’embarquement et m’occuper le temps avec diverses « activités » plus ou moins intérieures.

Toutefois, ce jour-là, je me suis sentie attirée vers la librairie de la FNAC sans pouvoir me rendre compte pourquoi. Il faut dire que j’étais dans un état intérieur assez particulier : calme en apparence, sereine, mais tout en sachant que ce que je venais de vivre m’avait, une fois de plus, bouleversée. J’étais donc tiraillée entre ma sérénité consciente, car je savais, tout au fond de moi, que je n’avais rien à me reprocher, et la souffrance de l’injustice que j’avais vécue. Cette souffrance que j’avais décidé d’enfouir plus ou moins consciemment, mais dont je savais pertinemment qu’elle ressortira à la surface avant de pouvoir entièrement l’accepter. Cette « clairvoyance » me permet de savoir à l’avance une bonne partie des choses qui vont arriver, mais ne peut pas me mettre à l’abri de la souffrance…

Je n’étais pas seule dans cet aéroport, mais avec une personne qui m’avait rejetée et qui m’ignorait. Pour respecter son choix, je faisais aussi abstraction de sa présence, même si je la sentais de manière inexplicable, mais bien palpable, quand elle passait à proximité…

Je suis donc allée dans cette librairie de la FNAC sans aucun but précis… avec une intention à peine ressentie d’acheter un livre, même si j’en avais d’autres avec moi… J’ai été attirée par une étagère en particulier et je n’ai pas cherché à m’opposer… Puis, je suis tombée sur ce livre « Le bonheur d’être soi » de Moussa Nabati. Je n’avais jamais entendu parler de cet auteur, ni même de ce livre, mais du moment où je l’ai vu et touché, j’ai su que je devais le prendre et que c’était pour ce livre que j’avais été attirée sans aucune explication rationnelle dans cette librairie. Je l’ai su encore plus précisément quand j’ai senti derrière moi la présence de cette personne dont je vous parlais plus haut. Je me suis tournée et en effet, elle était là, en train de chercher des livres dans un autre rayon…

Ce titre m’a frappé depuis le premier instant où je l’ai lu car je connais ce bonheur et je m’efforce depuis des années à le faire comprendre et vivre aux autres, même si je sais que les résultats ne sont pas toujours ceux escomptés… Je sais que j’ai réussi, par mon intervention subtile ou frontale, à changer quelques vies… en bien. Mais ce qui me motive vraiment c’est le fait de faire comprendre aux autres ce que le « bonheur d’être soi » peut vraiment leur apporter.

Parfois, les résultats ont été nuls ou presque… Les « dégâts » que j’ai pu endurer ont été assez importants. Cependant, je ne calcule jamais si « cela vaut la peine », même si ma « clairvoyance » me permettrait de le faire, car je vois souvent, bien à l’avance, les choses que je vais avoir à subir : la souffrance, le rejet, les insinuations, le mépris, la méchanceté, voir même quelques fois la haine des personnes que j’ai souhaité seulement aider et rien d’autre.

 

Je ne crois pas au hasard… par conséquent, même si je connaissais le « bonheur d’être moi », je savais que ce livre m’apportera d’autres réponses… J’ai commencé à le lire aussitôt, en allant de suite à ma porte d’embarquement. Plus je lisais et plus je voyais qu’en fait ce livre je ne l’avais pas acheté pour moi… Que des personnes, autour de moi vont pouvoir trouver des réponses à leurs questionnements dans ce livre… Des réponses que j’ai eues la chance de me donner, même si je ne sais pas exactement comment et d’où j’ai pris les connaissances pour le faire. C’est seulement en arrivant à la fin de ce livre que j’ai compris aussi pourquoi ce livre m’était destiné aussi : pour me permettre de pardonner…

Mais parlons maintenant du sujet de ce livre et pourquoi je vous le recommande à TOUS de le lire. Vous pourriez penser, à tort, qu’il s’agit ici juste d’une histoire personnelle que j’essaye d’extrapoler, mais détrompez-vous !

Moussa Nabati arrive à expliquer dans ce livre, un mal dont souffre tout être humain : la DIP (Dépression Infantile Précoce). J’avoue que même si je suis passionnée par la psychanalyse et tout ce qui touche au psychique, je n’avais jamais entendu parler de la « DIP ». Je ne connaissais pas cette notion, mais j’avais déjà commencé depuis un bout de temps à réaliser de plus en plus ce que  « l’héritage » générationnel et sociétal pouvait avoir comme impact sur l’être humain, en le conditionnant et en l’empêchant d’être soi.

Moussa Nabati arrive dans son livre à expliquer d’une manière accessible – sans toutefois se « débarrasser » complètement de son langage médical – ce qui empêche une personne d’être soi-même et donc d’être heureuse. Il dit « le bonheur est en chacun de nous » et j’étais bien persuadée de cette vérité avant de lire son livre. À travers plusieurs « expériences » de vie et de témoignages, il arrive à expliquer ce qu’est la DIP que chacun d’entre nous a en soi et qui l’empêche de se connaître et d’être soi-même.

« Être soi, cela veut dire s’aimer, se respecter, savoir ressentir, choisir, désirer et s’exprimer en son nom propre, pour son compte » Ce sont des paroles que j’ai prêchées toute ma vie, au fur et à mesure des personnes qui ont traversé mon chemin… Il ne faut pas croire que je suis une « gourou » ou une « prêcheuse » de masse. Non, je ne saurai pas faire cela. Je m’arrête seulement pour les personnes dont je sens, par « résonance », qu’elles m’appellent… Cela est difficile à expliquer, mais néanmoins, je pense que c’est la vérité… ou tout au plus celle que je détiens jusqu’à présent. Je l’ai réalisée d’ailleurs pas plus tard qu’hier, en essayant de m’expliquer « pourquoi ? comment je choisis les personnes pour lesquelles je vais m’arrêter ? pourquoi je continue à vouloir m’arrêter alors que je sais d’avance qu’il y a peu de chances que je sors indemne de l’expérience ?»

C’est tout simplement parce que je ne le fais pas pour moi. Je connais déjà ce bonheur d’être soi et je suis reconnaissante à toutes les personnes pour lesquelles je me suis arrêtée au long de ma route, car chacune m’a apportée, sans même le savoir, le plus souvent, une clé pour ouvrir d’autres portes de la connaissance de soi…

Je vous recommande donc de lire ce livre, les yeux ouverts, le cœur et l’âme en éveil. Laissez de côté votre ego et essayez de reconnaître votre DIP à travers les explications de Moussa Nabati, mais aussi des témoignages des gens comme vous et moi qui ont réussi, à travers une analyse, à réaliser et accepter leur DIP. Cela leur a permis de pouvoir se rapprocher d’eux-mêmes et de débloquer les « mécanismes » dans lesquels beaucoup de personnes se retrouvent prises au piège.

J’ai recommandé ce livre à mon mari en lui disant qu’il pourra trouver des réponses à certaines de ses questions… Il a dit qu’il le fera… J’ai commencé au fur et à mesure que j’avançais dans ma lecture, lui raconter, de plus en plus convaincue de l’utilité qu’il pourrait trouver en lisant ce livre… J’ai suscité, sans le vouloir, une réaction adverse : « je lirai ce livre pour démontrer que ce type ne peut pas avoir raison dans tout ce qu’il dit ». J’ai expliqué à mon chéri que dans ces conditions, cela ne servait à rien de lire ce livre. Je vous l’écris aussi ici : ne lisez pas ce livre si vous n’avez pas réellement envie de connaître ce que le bonheur d’être soi suppose ou implique. Acceptez d’effacer votre ego pendant la lecture de ce livre. Acceptez que quelqu’un puisse avoir raison entièrement. C’est ce que j’ai fait. Même si j’étais convaincue du « bonheur d’être soi » parce que je le construis depuis des années, je le questionne sans arrêt, il reste néanmoins que trouver les racines et les explications de ce bonheur ne sont jamais de trop…

C’est ce qu’il a fini par faire aussi mon chéri, qui est en train de le lire et qui m’avoue trouver dedans des réponses à ce qui l’empêche d’être soi…

Il y a certes, dans ce livre des passages qui ne vont pas vous concerner. Ne vous souciez pas de ceux-là, mais plutôt de ceux où vous allez vous retrouver. N’ayez pas peur de voir la vérité en face, même si elle peut vous faire mal à un premier abord. Je peux vous assurer que les effets bénéfiques qui vont suivre vont vous donner raison d’avoir eu le courage de vous reconnaître dans certaines expériences de vie ou d’explications de Moussa Nabati.

Lisez ce livre en réalisant la chance de pouvoir faire « une analyse de soi » et de trouver les nœuds de votre passé qui vous empêchent de vivre le bonheur d’être vous-même !

Bonne lecture et à bientôt !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s