« L’ultime secret » de Bernard Werber


Pendant les vacances, en voyage dans le grand Ouest Américain, j’ai réussi à trouver le temps de lire ce livre que je vous recommande : « L’ultime secret » de Bernard Werber. Ne croyez pas que je suis une fan de BW : il y a certains de ses livres que j’ai essayés de lire et je n’ai pas réussi. Comme jusqu’à présent, je viendrai vous conseiller sur ce blog les livres que je pense être utiles et enrichissants pour l’ouverture de l’esprit et de la pensée. « L’ultime secret » fait partie de cette catégorie. J’ai réussi à m’accrocher à ce livre malgré le fait que toutes les beautés de la nature du grand Ouest me remplissaient l’esprit, le cœur, la tête et les yeux. Je peux donc vous dire que c’est un grand exploit car en partant pour ce voyage je ne pensais pas trouver encore quelques moments pour la lecture. Je me trompais car ce livre a réussi à faire sa petite place, un peu tous les jours, un peu les nuits ou les matins très tôt. C’est vous dire comme il est intéressant ! L’action arrive à vous tenir en haleine, pour ceux qui aiment ce genre de littérature. En ce qui me concerne, c’est tout ce qu’il y a autour de l’action qui m’a attirée, m’a accrochée. Le livre m’a donné à réfléchir et m’a confirmé certaines pensées que j’avais en m’ouvrant de nouvelles portes. On y retrouve beaucoup de choses intéressantes sur le fonctionnement du cerveau, de nos pensées, de nos ressentis. Un des fils conducteurs du livre est la recherche des réponses à la question universelle : « Qu’est-ce qui nous motive ? ». Les deux personnages principaux, Lucrèce et Isidore, vont les trouver petit à petit dans l’ordre :

  1. la cessation de la douleur ;
  2. la cessation de la peur ;
  3. la satisfaction des besoins primaires de survie ;
  4. la satisfaction des besoins secondaires de confort ;
  5. le devoir ;
  6. la colère ;
  7. la sexualité ;
  8. les stupéfiants ;
  9. la passion personnelle ;
  10. la religion ;
  11. l’aventure ;
  12. la promesse de l’Ultime Secret.

Et une dernière motivation, trouvée à la fin, comme une conclusion à toutes les autres : « l’élargissement de la conscience ». Vous allez trouver sûrement dans la liste des choses qui vous motivent et d’autres que vous pensez ne pas avoir leur place ici… Le livre vous révélera chacune de ces motivations à la fin d’une analyse sur les êtres humains, voire même parfois sur l’analyse de la société entière. Vous aurez du mal à ne pas être d’accord après avoir lu chacune de ces analyses, si vous le lisez l’esprit ouvert et non pas en ayant envie de démontrer le contraire. Cela ne veut pas dire que toutes ces réponses vous concernent ou vous motivent, mais si vous êtes honnête avec vous-même, l’écrasante majorité des réponses vous concernera. Si vous êtes déjà conscient de la dernière motivation, vous aurez alors envie de lire ce livre et même si le début est un peu long, il est peut-être nécessaire à l’introduction et à la compréhension d’un sujet d’une telle dimension. Une motivation que l’écrivain oublie de mentionner ou de nommer plutôt (peut-être intentionnellement ?) est : l’Amour. C’est peut-être la plus importante et c’est aussi peut-être la raison pour laquelle, il laisse le soin au lecteur de la découvrir et de la comprendre… Ce que j’ai beaucoup aimé dans ce livre est le fait que l’auteur nous « porte » sur des chemins « inconnus » (ou plutôt « inexplorés » par le commun des mortels… car tout est logique dans ce qu’il raconte) et que la chose la plus importante que nous retenons tout au long de ce récit est que le cerveau humain n’a pas de limites. Que finalement l’être humain utilise si peu de son cerveau, qu’il ne peut être que surpris et étonné de ce qu’il découvrira en poussant l’utilisation de celui-ci au-delà de la « normalité ». Ne pensez pas qu’il s’agit d’un livre difficile à lire ou à comprendre. Bien au contraire, Bernard Werber arrive à écrire dans un langage si compréhensible et si logique qu’on n’a même pas envie d’aller chercher voir si les réactions chimiques se passant au niveau du cerveau sont bien vraies et documentées scientifiquement parlant. On le croit tout simplement car ce qui compte est le message du livre : « élargissez votre conscience » ! Il se peut que je me trompe et que l’auteur n’ait pas voulu transmettre ce message, mais c’est celui que j’ai retenu car il m’a semblé le plus important. Peut-être allez-vous trouver d’autres messages importants, alors bonne lecture à vous !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s