« Le prophète » de Khalil Gibran – un livre spécial à découvrir


…que je vous recommande chaleureusement c’est « Le prophète » de Khalil Gibran. C’est un livre en anglais, mais vous pouvez le lire en français ici ou en le téléchargeant au format epub car c’est un ouvrage libre de droits.

C’est un livre à part, pour ne pas dire surprenant.

Je l’avais sur mon smartphone depuis plusieurs mois, mais je n’avais pas senti le besoin de le lire. Je l’avais découvert par une référence qui y était faite dans un autre livre, que j’aime beaucoup et dont je vous parlerai une autre fois :  « Trouver le chemin ».
Son auteure, Véronique Jannot, le mentionnait en disant qu’il faisait partie de ses livres de chevet.

Hier soir, j’ai senti l' »appel » de ce livre… Et j’ai commencé à le parcourir : étonnante découverte, écrite dans un style qui surprend agréablement par la profondeur des choses qu’on y retrouve. On pourrait croire qu’on y parle de religion… Il n’en est rien…

Il faut préciser, peut-être, que je ne suis pas croyante, ou en tout cas, pas dans un sens classique du terme. Je ne crois pas en Dieu, en Bouddha ou en autre divinité ayant un nom, mais je pense qu’il y a en effet, une forme « supérieure » qui nous « régit » sur cette Terre ou peut-être même dans l’univers. Je pense plutôt qu’elle veille à l’équilibre des choses qui concernent les êtres (humains ou pas, d’ailleurs).

Je sais que tout cela peut paraître un peu bizarre, mais j’ai préféré plonger assez tôt à l’intérieur de moi-même afin d’apprendre et de comprendre ce que je pensais de la /des religion(s) et de la manière dont on hérite de « nos » croyances. J’ai utilisé les guillemets car je pense sincèrement que pour qu’une croyance nous appartienne et nous caractérise, elle doit d’abord passer par tous les filtres et les interrogations les plus profondes qui sont à l’intérieur de nous.

J’ai eu la chance de faire ce cheminement de la croyance tout naturellement : en vivant sous un régime communiste qui reniait l’église, qui « détruisait » les édifices la représentant, tout en ayant peur de le faire « pour de vrai », j’ai été assez tôt attirée par cet « interdit » qui était l’église.
Enfant, j’allais aux messes de Pâques pour « apporter la lumière » dans la maison familiale : les fidèles viennent allumer un cierge à celui du pope et « distribuent » la flamme de bougie en bougie ; cette cérémonie nocturne aux alentours d’une église est très belle : on voit progressivement les cierges s’allumer et la lumière envahir l’espace, au son des chants religieux.
Cela m’amusait car j’allais en pleine nuit, avec d’autres de mon âge, faire des choses qui étaient plus ou moins « interdites »… mais pour lesquelles tout le monde avait du respect… à part le régime au pouvoir.

En même temps, je pensais vraiment apporter la « lumière » dans la maison, et cette seule croyance suffisait à transformer en réalité ce geste banal. Mais je ne vais pas vous ennuyer ici avec mes histoires sur l’église sous le communisme car vous allez sûrement les trouver dans mes livres ou mes futurs articles.

Plus tard, quand le communisme est « tombé », par amour pour mon chéri, j’ai voulu devenir catholique. J’ai commencé à prendre des leçons de catéchisme, alors que j’avais 19 ans. J’ai dû renoncer au bout de quelques leçons car j’ai senti l’hypocrisie qui « respirait » de tous ces « enseignements ».

J’ai compris que nous avons à l’intérieur de nous toute la croyance dont nous avons besoin sans pour autant ignorer ou dédaigner les religions. Nous la nourrissons tous les jours de nos actes, nos sentiments, nos questionnements, nos doutes, nos peurs et nos joies.

Gibran, portrait of the artist's mother
Gibran, portrait of the artist’s mother

C’est un peu l’essence de ce que vous allez trouver dans ce livre que je vous conseille de lire sans a priori. Khalil Gibran, poète libanais universellement reconnu, arrive à écrire tout cela avec des mots choisis, bien plus beaux que ceux que je pourrais trouver.

Ce n’est pas un livre sur la religion, malgré les apparences… c’est un livre sur la vie, sur la connaissance de soi, sur l’importance des choses et les choses importantes. C’est un livre qui permet d’ouvrir les portes de la réflexion, alors n’hésitez pas à le lire, car vous n’avez rien à perdre… Tout au plus quelques heures de votre temps.

Bonne lecture et à bientôt!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s