Archives du mot-clé bonheur

« Les gorges du pont du diable »

De magnifiques gorges à découvrir en Haute Savoie

Aujourd’hui nous allons vous faire découvrir (virtuellement 🙂 un endroit très beau : « les gorges du pont du diable« . Peut-être que cela vous donnera l’envie de le visiter en vrai si vous êtes dans la région ou alors de venir en Haute Savoie ;-)…

Pour vous convaincre, sachez que la Haute Savoie est vraiment très belle et regorge de trésors que vous pouvez découvrir à travers nos articles.

Mais allons voir ces magnifiques gorges creusées par la Dranse de Morzine dans le calcaire au long des siècles! Elles font partie du Geopark Chablais UNESCO, territoire reconnu mondialement pour sa géologie remarquable.

Nous sommes arrivés le matin, à l’ouverture et en attendant notre guide, puisque la visite des gorges se fait uniquement de cette manière, nous avons admiré le paysage.

Gorges Diableblog-travel.voyage

Puis, notre jeune guide, Nicolas, est arrivé, plein d’enthousiasme et de bonne humeur. Nous avons alors commencé à traverser le parc sylvestre qui se trouve à l’entrée des gorges. La lumière du matin est magnifique comme vous pouvez en avoir un léger aperçu dans les photos suivantes.

Après une courte introduction sur la naissance des gorges, nous entamons la descente de quelques centaines de marches… D’abord, dans une pénombre qui contraste avec la belle lumière matinale du parc sylvestre…

Des passerelles et des escaliers rythment la descente dans les gorges qui se laissent découvrir petit à petit. L’eau sillonne parmi les rochers, tout en bas à plusieurs dizaines de mètres sous nos pieds.

Puis, le soleil arrive à percer et éclairer la pénombre…

Gorges Diable blog-travel.voyage

Et nous découvrons le fameux « pont du diable » et son histoire…

Gorges Diable blog-travel.voyage

La légende…

C’est notre jeune guide qui nous raconte la légende qui dit que les habitants de la région voulaient construire un pont au-dessus de ses gorges. Cela leur aurait permis de bien raccourcir les distances à parcourir pour la traversée. Ils ont donc construit un pont en bois, mais qui s’écroula dès le lendemain. Puis, un autre. Et encore un autre. Ils prièrent Dieu plusieurs fois mais sans succès. Ils apprirent ainsi qu’aucun pont ne tiendrait et le diable leur fit la proposition de les aider en échange d’une âme. Les habitants ont fini par accepter le « deal » et le diable renversa le rocher que vous pouvez voir dans la photo, permettant ainsi la traversée. Il dit aux habitants que celui qui le traverserait le premier serait son gage. Les habitants hésitèrent et finirent par trouver une ruse: envoyer une chèvre puisque l’animal représentait bien une âme. Le diable fut très furieux en découvrant la ruse et promit vengeance…

Après cette halte, nous continuons notre descente et la découverte de ces gorges qui sont vraiment exceptionnelles. Le calcaire est lisse, presque d’un blanc immaculé par endroits. L’eau change de couleur: d’un transparent grisâtre, elle passe au vert pour ensuite devenir d’un bleu intense et laiteux. Des marmites de toutes tailles ressemblent à des piscines qui invitent à la baignade… Nous apprenons que l’eau est à 8°C, alors l’envie s’envole aussitôt.

Quelle beauté !

Dans d’autres endroits, la paroi est multicolore.

Gorges Diable blog-travel.voyage

L’eau bouillonne entre les rochers et nous continuons la visite au long de la paroi. Les yeux s’émerveillent et l’appareil photo tente de capturer quelques instants de ce bonheur.

 

Encore deux beaux clichés : regardez ce superbe bleu !

Nous finissons notre découverte en remontant à travers le parc sylvestre… Il faut dire que ce n’est pas de tout repos car n’oubliez pas les centaines de marches descendues ;-). Mais ils ont prévu des bancs pour le repos des jambes et au bénéfice des yeux :-). Et même des tables de pique-nique si vous avez un petit creux.

Gorges Diable blog-travel.voyage

Nous repartons avec nos yeux remplis d’images et nos têtes de souvenirs.

En conclusion, si vous avez l’occasion (sinon vous pouvez toujours la créer ;-)…) n’hésitez pas à venir découvrir les beautés de la Haute Savoie et notamment les Gorges du pont du diable.

A bientôt, pour d’autres découvertes !

Amicalement,

Cristina

 

Publicités

Un auteur à découvrir : Alexandre Jollien!

AbandonJe vous conseille de lire (si vous ne l’avez déjà fait ;-))  » Petit traité de l’abandon » d’Alexandre Jollien.

C’est un petit livre, facile à lire… même si la réelle compréhension des messages de l’auteur ne vient pas lors de la première lecture . D’ailleurs en lisant son titre on s’attend à trouver autre chose dedans… Il reste néanmoins que le contenu est surprenant et plein de vérité…

Pour résumer un peu son livre, j’utiliserai ses propres paroles : « S’abandonner, c’est accueillir la vie telle qu’elle se présente, vivre en un sens la non-fixation, chère à la pensée bouddhiste. Dès que je me fige, dès que je m’arrête, je souffre. »

J’ai beaucoup de respect et d’admiration pour tout ce qu’Alexandre Jollien a réussi accomplir dans sa vie. Je vous recommande donc de lire ses livres car nous avons tous, beaucoup de choses à apprendre de lui !

« Comment construire une relation saine et durable »

BAISSE DE 60% du prix pour une durée limitée!

Un autre petit extrait de mon livre…

6. Fixer des étapes

Une fois que vous comprenez l’importance du temps et surtout que vous réalisez qu’en réalité « vous n’avez pas tout le temps… », alors vous allez toute de suite sentir le besoin de fixer des étapes dans le temps.

Pour pouvoir faire cela encore faut-il connaître ces étapes… Et d’ailleurs de quelles étapes je parle ? Je parle des étapes nécessaires à la réalisation d’une construction. Il est vrai que vous ne pouvez pas connaitre dès le départ toutes les étapes d’une construction, car comme je le disais au début de ce récit, la construction d’une relation dure aussi longtemps que la relation. Si vous souhaitez donc construire une relation pour toute la vie, sachez, dès le départ, que cette construction durera toute la vie. Pas la peine de s’imaginer un travail de Sisyphe, car la construction comporte des étapes intenses suivies, si vous avez bien construit, d’étapes de relâche et de bonheur durant lesquelles vous bénéficiez de tous les efforts déposés dans les étapes précédentes.

La construction comporte donc de grandes étapes :

  • la connaissance de soi,
  • la connaissance de l’Autre,
  • l’harmonisation des différences (qui ne veut absolument pas dire leur effacement et encore moins leur ignorance),
  • la construction de projets ensemble,
  • la vie de tous les jours,
  • l’organisation des vacances,
  • les rêves de chacun d’entre vous,
  • les attentes, les désirs, le partage des sentiments, des pensées…

Je sais que certaines de ces étapes vont vous sembler un peu incongrues, surtout mises à côté d’autres. Cette sensation est due à la différence de profondeur qu’on pense que ces étapes ont. Vous estimez peut-être que la vie de tous les jours ne peut pas supposer le même type de construction que la connaissance de l’Autre. Et vous aurez en partie raison. Comment mieux connaitre l’Autre qu’en vivant tous les jours avec ?

Le passé a beaucoup d’importance. La connaissance du passé d’une personne nous permet de mieux comprendre cette personne. Beaucoup d’entre nous ont peur de partager leur passé ou certains faits de leur passé. C’est la peur d’être jugé(e), mal interprété(e), mal aimé(e) finalement… Détrompez-vous ! Une personne qui vous aime vraiment prendra le temps de comprendre votre passé. Elle vous jugera peut-être trop vite, vous allez être blessé(e) par des fausses interprétations, je ne vais pas vous mentir là-dessus. La construction passe aussi par la souffrance. Il suffit de maîtriser cette souffrance en se rappelant en permanence vos étapes et surtout votre but : la construction d’une relation. Le fait de vous rappeler cela vous permettra de vivre mieux votre souffrance, de vous mettre plus facilement à la place de l’Autre afin de comprendre pourquoi il vous a blessé(e) (car la plupart du temps quand on blesse notre partenaire on ne le fait pas exprès ou au moins on pense cela !) et surtout d’expliquer à l’Autre ce que vous avez ressenti pour lui permettre de réaliser ce qui vous a blessé… »

Si vous souhaitez lire la suite en achetant sur Amazon

« Comment construire une relation saine et durable »

Un autre petit extrait de mon livre http://www.amazon.fr/dp/B00N03P8O2

« 5. L’importance du temps

La construction d’une relation est comme le début d’un voyage : pleine d’attentes, d’impatience, d’incertitudes, de passion, de peurs, d’agitation, d’inconnues.

Il est difficile, voire impossible de construire « au hasard ». La construction est un processus qui doit se faire de manière consciente sinon il ne s’agit pas d’une véritable construction, mais seulement d’une « coexistence » : vivre ensemble ou l’un à côté de l’autre. Conscientiser le processus signifie d’abord comprendre ce qu’on souhaite vraiment construire avec cette personne. Lire la suite « Comment construire une relation saine et durable »

Un livre que je vous recommande !

AbandonJe vous conseille de lire (si vous ne l’avez déjà fait ;-))  » Petit traité de l’abandon » d’Alexandre Jollien. C’est un petit livre, facile à lire… même si la réelle compréhension des messages de l’auteur ne vient pas lors de la première lecture . D’ailleurs en lisant son titre on s’attend à trouver autre chose dans le livre… Il reste néanmoins que le contenu est surprenant et plein de vérité…

Pour résumer un peu son livre, j’utiliserai ses propres paroles : « S’abandonner, c’est accueillir la vie telle qu’elle se présente, vivre en un sens la non-fixation, chère à la pensée bouddhiste. Dès que je me fige, dès que je m’arrête, je souffre. »

J’ai beaucoup de respect et d’admiration pour tout ce qu’Alexandre Jollien a réussi accomplir dans sa vie. Je vous recommande donc de lire ses livres car nous avons tous, beaucoup de choses à apprendre de lui !

La recherche de soi

recherche-de-soi

 

Les gens n’essayent pas d’être eux-mêmes parce qu’ils pensent qu’ils le sont déjà. Cela serait vrai pour une personne née sur une île, loin de la civilisation, des influences extérieures d’une société, d’un peuple, d’une famille, d’une histoire… Chacun de ces éléments laisse son empreinte sur la manière d’être d’un individu. Par conséquent nous sommes une accumulation d’influences extérieures et d’héritages familial et collectif. Pour être soi-même il faut faire un travail de recherche et de tri dans tout ce qu’on a hérité des « autres »… Il faut plonger à l’intérieur de soi et par un processus de sincérité totale envers soi-même constater ce qu’on ressent véritablement… par rapport à quelqu’un, par rapport à une action, par rapport à plein de choses qui nous arrivent tous les jours.

 

La recherche de soi est un long « voyage » qui ne finit jamais, tant que nous sommes en vie. Vous pouvez vous demander à quoi un tel voyage peut bien « servir » ? À beaucoup de choses, mais pour en prendre seulement les plus importantes : il vous aide à vous connaitre et à savoir celui ou celle que vous êtes vraiment, il vous amène la sérénité tant souhaitée par tant de personnes, la paix intérieure, la joie de vivre, le bonheur tant espéré. 

 

« Le bonheur d’être soi »

« Le bonheur d’être soi » http://www.amazon.fr/bonheur-d%C3%AAtre-soi-Moussa-Nabati/dp/2253084824/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1404560009&sr=1-1&keywords=le+bonheur+d+etre+soi  est le titre d’un livre écrit par Moussa Nabati que je vous recommande vivement de lire. Pour mieux comprendre les raisons qui me poussent à vous recommander ce livre, je vais vous raconter les circonstances dans lesquelles je l’ai découvert. Lire la suite « Le bonheur d’être soi »